Petit guide pratique
à l'intention des lecteurs

 

 

 

Editions "de référence" - Editions de poche - Publications spéciales


Editions
"de
référence"
Bien sur, l'édition de référence (en allemand) est celle établie par Giorgio Colli et Mazzino Montinari, publiée par les éditions De Gruyter : les oeuvres et fragments posthumes. Récemment occupent 15 volumes, la correspondance complète en occupe 7.

_ La version française de l'édition Colli-Montinari est publiée par Gallimard, dans sa collection "grise" (mais pour la correspondance, seuls deux volumes ont été traduits). Les traductions sont très bonnes *, et l'appareil critique, qui se limite à un caractère purement informatif (principalement philologique), est le fruit d'une recherche sérieuse et approfondie.
_ Les Oeuvres en deux tomes, aux éditions Robert laffont, collection Bouquins, se limitent aux oeuvres que le philosophe destinait à la publication. L'appareil critique, très bien élaboré, apporte de précieux renseignements au lecteur, et l'accompagne dans sa lecture avec aisance. Aussi, les introductions de Peter Pütz sont très bonnes. Quant à la traduction, la maison d'édition a opté pour celle, très 'littéraire', de Henri Albert ; revue et corrigée (elle contenait de nombreuses erreurs) par Jean Lacoste et Jacques Le Rider, elle est désormais plus proche du texte - et conserve néanmoins tout son intérêt esthétique.
_ Dernièrement est paru le premier tome des Oeuvres dans la Pléiade. Trois tomes sont prévus. Le contenu répond bien sur aux éxigences de qualité de la maison : appareil critique très fourni, introductions savantes, et traductions excellentes.


Editions
de
poche
Quant aux différentes éditions françaises de poche, elles proposent un large choix de traductions. Voici un aperçu rapide :

Gallimard, collection Folio poche, reste à mon avis le plus pratique : en fait, c'est exactement l'équivalent des livres proposés dans la collection "grise" de Gallimard (cf éditions "de référence"). De plus, toutes les oeuvres (excepté les fragments posthumes) de Nietzsche sont disponibles dans cette collection. Ce qui n'est pas le cas chez les autres éditeurs.

Les éditions Livre de Poche et 10/18 proposent de bonnes traductions, notamment celle d'Ainsi parlait Zarathoustra par Marthe Robert. En revanche, La volonté de puissance est à éviter, car il s'agit d'une falsification.
Garnier Flammarion propose pour certains titres la traduction d'Henri Albert, traduction belle mais imparfaite (mieux vaut se fier à la version révisée publiée par Laffont). Aussi, il faut savoir que le Livre du philosophe est traduit d'après l'édition Kröner (qui ne retranscrit pas toujours fidèlement le texte original). Quant à Ainsi parlait Zarathoustra, il est accompagné d'un appareil critique citant allègrement La volonté de puissance)... En revanche, la traduction (avec commentaires) des oeuvres "de la maturité" - cad : à partir du Gai savoir -, effectuée par E. Blondel et P. Wotling principalement, est très bonne (on peut retrouver ces écrits compilés - sans appareil critique cette fois - dans les Oeuvres, dans la collection "mille et une pages").
Quant à Mille et une Nuits, les traductions et critères d'éditions sont plutôt mauvais. On se retrouve avec un Ecce homo dans la traduction (élégante, mais parfois inexacte) d'Henri Albert, selon les critères de l'édition Kröner - c'est-à-dire : avec la censure.


Publications
spéciales
En plus des oeuvres et fragments posthumes, le lecteur peut découvrir d'autres écrits et témoignages sur Nietzsche :

_ Les écrits de jeunesse. Les PUF, dans la collection "Epiméthée", ont publié des Ecrits autobiographiques que Nietzsche composa entre 1856 et 1869. Le Cherche Midi et Livre de Poche proposent des écrits (pas seulement bographiques) de la même période. Les éditions de L'Herne ont publié Le service divin des grecs qui est un exposé oscillant entre l'étude philologique, historique et philosophique sur la religion et le culte. Deux conférences de Nietzsche, abordant le problème de la méthode (et de la probité) philologique, publiés chez Le Passeur (collection "philosophie") pourront intéresser les philologues : Sur la personnalité d'Homère, suivi de Nous autres philologues. Les éditions Encre Marine ont publié deux textes qui complètent avec brio les conceptions esthétques de La naissance de la tragédie : une Introduction aux études de philologie classique précédée d'une Introduction aux leçons sur l'Oedipe-roi de Sophocle. Autour du sulfureux livre advint justement une polémique à laquelle Vrin, dans sa collection "tradition de la pensée classique", nous permet d'assister : la Querelle autour de "La naissance de la tragédie" présente les documents nécessaires à la compréhension de l'enjeu que soulève le livre de Nietzsche. Les éditions de l'Eclat, dans la collection "Polemos", ont publié deux textes fort intéressants pour les personnes s'intéressant à la philosophie antique : une Introduction à la lecture des dialogues de Platon, dans laquelle Nietzsche s'intéresse tout particlièrement à l'aspect politique de l'enseignement du disciple de Socrate ; ainsi que les (abondantes) notes que prépara nietzsche en vue de son cours sur Les philosophes préplatoniciens, un texte étonnant (Héraclite face aux conceptions scientifiques de la relativité temporelle...), qui ravira toute personne s'intéressant aux Sages présocratiques.
_ Les lettres. Les éditions PUF ont publié la correspondance qu'entretinrent Nietzsche, Paul Rée et Lou von Salomé, entre 1875 et 1885 ; dévoilant ainsi, à l'aide d'un appareil critique de qualité, une triade où des liens affectifs très forts permirent l'échange prolongé des pensées de ces personnalités exceptionnelles. Aux éditions Gallimard, dans la collection "grise", ont été publiés les deux premiers tomes de la correspondance complète (juin 1850 - avril 1869 et avril 1869 - décembre 1874). Les éditions Rivage, dans la collection "Petite bibliothèque", ont publié une sélection des Dernières lettres écrites entre 1887 et 1889. Enfin, restent les Souvenirs sur Friedrich Nietzsche de Paul Deussen, qui présente les lettres échangées entre ces deux lecteurs de Schopenhauer.
_ Les notes de la période dite "de folie". L'ouvrage du Dr. Podach intitulé L'effondrement de nietzsche, publié chez Gallimard dans la collection "idées", présente (au dernier chapitre) divers témoignages et documents rapportant le comportement et les dires de Nietzsche lors de sa folie. Les éditions "Parc" ont publié Mort parce que bête où sont recueillis les rares écrits nietzschéens, accompagnés des singuliers commentaires de Johan Gok, qui nous soient restées de cette période. Vraiment insolite.


 

 

 





*

Un petit bémol cependant (tout personnel), quant à Ainsi parlait Zarathoustra : Maurice de Gandillac a opté pour une traduction volontairement archaïsante, dans l'esprit des références bibliques auxquelles renvoie le ton du livre. Bien sûr, ce procédé possède un intérêt certain, mais sa lecture représente un tel effort pour celui qui n'est pas habitué à ce genre de littérature (même les traductions bibliques d'aujourd'hui évitent ces tournures stylistiques), qu'elle fixe trop l'attention sur cet aspect du texte, au détriment du reste. Ceci dit, ceux qui apprécient ce style seront pleinement satisfaits. Les autres, outre la collection "Bouquins", pourront se reporter à la belle traduction de Marthe Robert, ou encore à l'édition établie par G.-A. Goldschmidt.


retour