Repères biographiques

 

 

 

 

1844.
15 octobre : naissance de Friedrich Wilhelm Nietzsche à Röcken (près de Leipzig, en Allemagne). Son père est un pasteur lutéhrien, sa mère est une fille de pasteur.

1849.
30 juillet : le père de Nietzsche décède suite à un "ramollissement cérébral".

1850.
Joseph, le frère de Nietzsche, décède à l'âge de deux ans.

1856.
Apparition des premiers maux de tête en juin.

1858.
18 août : Nietzsche commence à écrire son autobiographie.
6 octobre : Entrée au collège (gymnasium) de Pforta (près de Naumburg), institution prestigieuse dont l'enseignement est fondé sur l'étude des textes classiques et l'éducation religieuse.

1861.
Mars (vacances de Pâques) : Première querelle avec sa mère au sujet de la religion.
Octobre : rédige un essai sur Hölderlin, son «poète préféré».
Décembre : dans un essai sur le poète Byron, apparait pour la première fois sous sa plume le terme de «surhomme» (Uebermensch).

1862.
Août à septembre : particulièrement malade (migraines).
Décembre : annonce à sa mère et à sa soeur sa résolution d'apprendre l'anglais en étudiant les oeuvres de Byron, son «poète anglais de prédilection».

1864.
7 septembre : Quitte Pforta avec le baccalauréat en poche.
16 octobre : Etudes de théologie et de philologie classique à l'université de Bonn.

1865.
Février : Abandonne les études de théologie pour s'orienter vers la philologie. Incident de la
maison close (rapporté par Paul Deussen) qui présumerait la possibilité d'une infection syphilitique.
Fin octobre : découverte et première lecture du Monde comme volonté et comme représentation de Schopenhauer.

1866.
Aout : Amitité avec le jeune philologue Erwin Rohde. Lecture passionnée de l'Histoire du matérialisme de Lange.
Septembre : Etudie la transcription pour piano de La Walkyrie de Wagner.

1867.
31 juillet : Nietzsche achève la rédaction de son travail sur Diogène Laërce (le Cynique), commencé l'année dernière, en tête duquel il met une devise empruntée à Pindare : «Deviens ce que tu es» (en grec : «genoi oios esti»).

1868.
Février : Lecture passionnée des oeuvres de Bismarck.
27 octobre : Découverte véritable de l'oeuvre wagnerienne : Tristan et Ysolde; Les maîtres chanteurs.
8 novembre : Rencontre (à Leipzig) de Wagner, durant laquelle ils discuteront longuement de leur passion pour Schopenhauer. Nietzsche est fasciné par ce musicien qu'il considère désormais comme un génie.

1869.
12 février : Nietzsche, sur recommandation de son ancien professeur Ritschl, est nommé professeur extraordinaire de philologie classique à l'université de Bâle. sa leçon inaugurale, Homère et la philologie classique, portera sur la personnalité du célèbre auteur grec..
23 mars : Nietzsche obtient de Leipzig son diplôme de doctorat, sans passer ni examen ni soutenance, sur la seule base de ses travaux sur Diogène Laërce.
Mai : Visites chez les Wagner où il rencontre la fille de Liszt (Mme von Bülow). Rencontre avec l'historien Jacob Burckhardt.

1870.
9 avril : Nietzsche est nommé professeur ordinaire. Le même mois, il fait la connaissance de Franz Overbeck, professeur d'histoire ecclésiastique (mais incroyant).
25 août : après une période de formation comme infirmier (il s'est porté volontaire), Nietzsche est envoyé sur le front à Wissembourg (Alsace).
25 décembre : Nietzsche passe le noël chez les Wagner : il reçoit un exemplaire du Beethoven du maître et l'édition complète de Montaigne (auteur qu'il apprécie beaucoup).

1871.
Janvier : Nietzsche postule pour une chaire de philosophie à l'université de Bâle.
Juin : Publication de Socrate et la tragédie grecque, à compte d'auteur.
2 au 7 novembre : Nietzsche compose un morceau pour quatre mains qui s'intitulera
Echo d'une nuit de la Saint-Sylvestre.

1872.
2 janvier : Publication de
La naissance de la tragédie. Cette première oeuvre publiée hors des chemins scolaires, offre un point de vue philosophique sur la tragédie, qui souligne l'importance des dieux Apollon et Dionysos à l'intérieur de cete forme artistique ; en elle réside aussi une féroce critique d'Euripide et de Socrate comme ennemis du théâtre tragique. Il en envoie des exemplaires notamment à Burckhardt, Liszt, ainsi qu'à Cosima et Richard Wagner. ce dernier lui écrira : « Je n'ai encore rien lu de plus beau que votre livre! Tout est magnifique! »

 

 

 

La suite de la chronologie viendra ultérieurement...

 

 

 




Pour un aperçu plus large que celui ici présenté, vous pouvez vous reporter à la chronologie établie par Jean Lacoste, dans le tome I des Oeuvres de Friedrich Nietzsche (éditions Robert Laffont, collection Bouquins). Elle me semble de bonne facture et c'est sur celle-ci que j'ai basée ma chronolgie. Si néanmoins vous remarquez une quelconque inexactitude, je vous remercie de bien vouloir m'en faire part.
Pour une biographie exhaustive, je ne peux que vous conseiller de vous référer à l'excellent travail de Curt Paul Janz : Nietzsche (en trois tomes aux éditions Gallimard).